fbpx

L’épigénétique et l’activation des ADNs

De nombreux cercles orientés bien-être, développement personnel et spiritualité font souvent mention d’un processus appelé activation ADN. Le phénomène est décrit comme menant à de profondes transformations physiologiques, psychologiques et spirituelles.

Il est parfois fait mention d’une reconfiguration de l’ADN en 12 brins, alors que l’ADN est classiquement organisé en double hélice (2 brins donc). Même si on a trouvé des structures à 4 brins récemment, d’un point de vue matérialiste, l’idée d’une configuration de l’hélice en 12 brins est chimiquement impossible.

Le biologiste que je suis (ou étais) ne peut donc considérer cette hypothèse que comme une métaphore. Une métaphore intéressante cela dit…

Car cette histoire d’activation d’ADN a effectivement une base scientifique, au sens matérialiste, qui permet déjà d’aller très loin en termes d’hypothèses!

L’ADN est une double hélice.

On sait depuis les Grecs l’importance d’un esprit sain dans un corps sain. Et les médecins ont dès l’antiquité insisté sur l’importance d’une nourriture saine, de l’exercice et du plein air. A notre époque, c’est le slogan “Mangez… Bougez…” associé à peu près à chaque publicité alimentaire.

Ce qu’on a ignoré jusqu’à récemment, ce sont les mécanismes par lesquels le mode de vie influe sur notre santé. On a longtemps eu des explications d’un registre purement physiologique. Jusqu’à l’arrivée de l’épigénétique.

L’épigénétique c’est cette science qui a bien chamboulé le paysage de la biologie évolutive darwinienne classique, dans la mesure où elle met en évidence que des gènes transmis par des parents à leur descendance peuvent s’exprimer ou pas en fonction de leur activation chez les parents. Et cette activation est purement environnementale.

L’activation ADN existe donc bien biologiquement! Sauf qu’elle ne se passe pas tout à fait comme les cercles spirituels la conçoivent. Pour l’essentiel, il s’agit semble-t-il d’une histoire de groupes méthyles (-CH3) dont la présence viendrait “bloquer” les ADNs et empêcher leur expression.

Le processus épigénétique de l’activation des ADNs

Ce processus de blocage et déblocage est tout à fait naturel. Il faut bien comprendre que les êtres vivants disposent d’une panoplie impressionnante de gènes dont l’expression n’est pas systématiquement nécessaire dans un contexte environnemental donné.

L’activation des ADNs est essentiellement un processus de plasticité environnementale. Quand vous passez d’un climat froid à un climat chaud (ou l’inverse), c’est l’activation d’ADNs qui va vous permettre de vous adapter! S’il agit là d’un exemple basique, il faut bien comprendre que pas mal (sinon tous) des processus physiologiques impliquent l’activation d’ADNs!

Et donc mettre en pratique le vieil adage de “l’esprit sain dans un corps sain” revient en fait à jouer avec cette plasticité et à faire intervenir des phénomènes d’activation des ADNs.

Les sportifs de haut niveau, les yogis aux capacités hors du commun (rester assis des heures dans la neige par exemple) utilisent tous des activations ADN. Mais il est fort probable que cela aille plus loin. Beaucoup plus loin en fait…

Les athlètes de haut niveau aussi activent leurs ADNs au travers de leur entraînement!

Vous avez déjà entendu parlé des ADNs “poubelles” (les junk DNAs)? Il s’agit de ces ADNs dont on pensait initialement qu’il n’avaient aucune fonction biologique. Ils représentent à peu près 90% du génome humain! Des recherches récentes montrent que 80% codent en fait pour des molécules actives biochimiquement. Une vraie révolution scientifique qui n’a pas fini de faire couler l’encre d’ailleurs…

Allez donc savoir ce que ces ADNs incluent! En dehors des gènes qui permettent de s’adapter à un environnement nouveau, certains codent probablement pour des fonctions qui ne s’expriment jamais chez l’être humain “moyen”. Principalement en raison de nos modes de vie.

Ces ADNs non exprimés incluent aussi les vestiges de notre généalogie complète en temps qu’espèce. On a des “restes génétiques” (exprimés ou pas) d’autres mammifères, mais aussi d’oiseaux, de reptiles, de poissons, etc etc… Et ce jusqu’à l’ancêtre originel!

Bon… de toute évidence si on n’exprime pas (beaucoup) de gènes de poisson, c’est sûrement pour une bonne raison. Cela dit on est en droit de pousser la réflexion plus loin et de se demander quelles fonctions cachées se cachent dans notre ADN.

Wim Hof iceman
Tout comme Wim Hof, dit l’homme des glaces, qui utilise quand à lui une méthode de méditation tibétaine.

Certaines pratiques dites “spirituelles” visent en effet à aller bien plus loin que des simples améliorations de fonctionnement du système immunitaire ou la capacité de rester assis dans la neige. Beaucoup plus loin…

Ces pratiques visent simultanément à élargir son champ de conscience et à élever son niveau énergétique.

Le travail sur la conscience peut se faire par exemple au travers de techniques de méditation. Le travail sur le niveau énergétique implique de “jouer” avec sa physiologie et inclue des techniques bien connues (nutrition, jeûne, yoga, exercice) et d’autres un peu moins.

On peut se demander alors si les phénomènes physiologiques (guérisons miraculeuses) ou psychiques (télépathie, bilocation,…) observées par les personnes qui passent par des phases d’éveil spirituel ne sont pas en fait des processus tout à fait naturels, qui pourraient être réveillé par l’activation de certaines zones dormantes du génome humain…

Les possibilités du corps humain et de la conscience vont-elles plus loin qu’on ne le pense?

Cela vous paraît fou? Inconcevable? Allons donc! Aujourd’hui les transhumanistes ont la prétention d’arriver à l’immortalité au travers de la technologie et dans le domaine de la physique, les chercheurs se dirigent vers un modèle de l’univers où le temps et l’espace ne seraient qu’un fragment d’une réalité multidimensionnelle!

A partir de là je crois que tout est possible… La seule chose dont est sûr à 100% en science, c’est qu’on ne sait pas grand chose de l’univers qui nous entoure! Il suffit de se rappeler l’état de la science il y 100 ans et de se projeter dans le futur pour comprendre que nos descendants eux aussi se moqueront bien des croyances du XXIème siècle!

Cela fait plus de 3000 ans que les traditions spirituelles de tous bords nous disent que la méditation (et d’autres pratiques) peut faire des merveilles en terme de santé et de développement personnel. Il aura fallu attendre le début du XXIème siècle pour que la science valide. Pareil pour le jeûne! La bonne blague…

Cela fait plus de 3000 ans que les mêmes traditions spirituelles nous parlent de guérisons miraculeuses et de capacités psychiques hors du commun. Libre à chacun d’attendre que ce soit “validé scientifiquement” ou d’aller voir ce que ces traditions racontent…


Lire aussi: Votre histoire de vie influe sur vos gènes

error: Content is protected !!