fbpx

Expériences – Du 3ème œil à la Kundalini

J’ai pensé en dire un peu plus sur mon parcours personnel, afin que mes lecteurs soient en mesure de mieux comprendre ma carte de lecture de la réalité. Si tant est que j’ai une carte…

Alors que j’avais 21 ans (j’en aie presque 40 aujourd’hui), et que j’avais abandonné la biologie pour des études en psychologie, je fis une expérience sous l’emprise de champignons hallucinogènes qui changea ma vie en profondeur.

Durant cette mémorable soirée, j’entrai dans une phase d’introspection profonde qui me permit de remonter très loin dans mes souvenirs. Jusqu’à l’âge du berceau en fait!

Tous ces souvenirs, des plus plaisants aux plus traumatisants, s’imbriquaient dans une suite parfaitement logique à même de jeter une lumière nouvelle sur qui j’étais.

Puis, dans un grand moment de clarté, j’avais simultanément dans mon champ de conscience mon passé, mon présent et tous mes possibles futurs, dépendant des choix que j’allais prendre. Un pur moment de prescience, totalement hors du temps!

psilocybe
Les champignons du genre psilocybe ont un fort potentiel en terme d’ouverture de conscience. 

Quand je revins à moi et repris conscience des gens qui m’entouraient, je n’étais plus la même personne.

La perception de mon rapport avec ces gens était tout à fait nouvelle, remplie d’une profondeur jamais ressentie auparavant. Soudainement, je percevais les moindres vibrations, tous les non-dits, le langage des corps et des yeux, en fait toute l’étendue et la nature inconsciente des processus cachés au delà de l’illusion de la communication verbale.

A posteriori, je considère que cette expérience équivaut à ce que la tradition hindouiste et le yoga qualifient d’ouverture du troisième œil (chakra 6). Dans la mesure où l’expérience impliquait aussi une re-définition de mon rapport au monde et aux autres, pas mal de choses ont du bouger aussi au niveau des chakra 1 à 3.

Il m’aura fallu deux ou trois mois pour intégrer cette première expérience…

Conscient que les drogues, fussent-elles naturelles, ne pouvaient constituer une option au long terme pour élargir mon champ de conscience et accéder au monde des perceptions subtiles, je me mis à la méditation. Je me lançai aussi dans le militantisme environnemental au travers de diverses ONGs et repris en parallèle mon cursus universitaire de biologie jusqu’au doctorat.

Loin de moi l’idée de faire l’apologie des champis… Même si ça c’est bien passé pour moi, d’autres se sont retrouvés en psychiatrie.

Mes champs d’expertise incluaient la biologie évolutive, l’écologie, l’analyse ADN, et les modèles statistiques visant à explorer les systèmes multidimensionnels complexes qui caractérisent les systèmes écologiques et l’évolution. Je sais… c’est du lourd ahah… Pour garder l’équilibre, je pratiquais à haute dose le jogging, la plongée sous-marine, l’escalade et la randonnée. La pleine nature y’a rien de tel pour rester ancré!

Suivirent alors 12 ans de parcours sans faute, tant au niveau professionnel qu’au niveau personnel.

En 2012, après déjà plusieurs projets de recherche académique à mon actif et quelques années à l’étranger, je touchai à mon idéal. Un projet de conservation marine dans un paradis tropical, un statut et un salaire plus qu’intéressant, pas mal de libertés. Une vie que beaucoup considéraient très enviable.

Mon job consistait à faire l’inventaire des invertébrés marins (coquillages et crustacés 🙂 ) sur le récif, à participer au design des aires marines protégées, et enseigner la biologie et l’écologie marine aux gamins du collège local.

Pourtant l’idéal professionnel, par la force des institutions impliquées et des intérêts en jeu, se transformait peu à peu en une cage dorée. Et j’avais le sentiment croissant de n’être qu’un pion dans la matrice.

La méditation et le yoga permettent une évolution plus douce et moins risquée.

Ma situation étant quand même confortable, je me laissai porter quelques temps par les événements, jusqu’à ce que l’Univers (ou mon inconscient, libre au lecteur de choisir) me rappelle à l’ordre au travers de quelques événements pas très plaisants. Une fausse alerte cancer, une déception sentimentale et une cheville foulée… Tout ça le même mois.

Tout était supposé être parfait. Qu’est ce qui pouvait bien clocher pour que soudainement la vie s’acharne sur moi?

Ces circonstances me poussèrent à me recentrer et à prendre soin de moi. C’est à ce moment que je mis à faire un peu de tri dans ma vie. J’arrêtai de fumer, pris un peu de recul sur mon boulot, corrigeai mon alimentation, me remis au sport et à la méditation et mis fin à quelques relations toxiques.

En fait, et peut-être pour la première fois de ma vie, je me mis à appliquer simultanément toutes les recettes que je connaissais pour augmenter mon bien-être personnel. Et ce de façon radicale. Il me faut aussi mentionner qu’à ce moment j’étais dans une période d’abstinence sexuelle complète depuis un mois et dans un état mental de complet “lâcher-prise” par rapport aux événements extérieurs.

Kundalini
La Kundalini des yogis c’est aussi le feu du bas des alchimistes…

En quelques jours, j’entrai dans l’expérience mystique la plus importante de ma vie. Ce que les traditions spirituelles asiatiques appellent un “éveil” de Kundalini. Je ne détaillerais cette expérience ici, elle fera l’objet de deux autres articles.

Je dirais simplement que si les phénomènes associés à ma première expérience (3ème œil) étaient relativement compatibles avec le matérialisme scientifique, il n’en va pas de même pour cet éveil de Kundalini. Notamment à cause du côté profondément multidimensionnel de l’expérience et des manifestations énergétiques associées.

Cette “dissolution dans le Divin” aura donc fait voler en éclats l’essentiel de mes structures mentales et nécessité une complète reconfiguration de ma psyché pour intégrer l’expérience. Une expérience de cette ampleur n’est pas sans conséquences.

Six mois plus tard, je mettais un point final à ma carrière académique et partais voyager pour un an, vivant de cours de méditation, de sessions Reiki et de petits jobs divers.


Pour lire la suite de cette histoire, voir:
Expériences – La Kundalini côté lumière (2)
Expériences – La Kundalini côté obscur (3)

error: Content is protected !!