fbpx

La réalité au delà de la dualité

J’avais déjà utilisé la symbolique de la pyramide dites des “Illuminati” (ou des francs-maçons) dans cet article, que je vous suggérerais de lire pour bien comprendre celui-ci. En expliquant que cette symbolique reflétait plus d’un fantasme autour des pouvoirs économiques, politiques et médiatiques que d’une réalité mystique.

Une des idées importantes était que l’expérience terrestre comporte de nombreuses dimensions au travers desquelles un humain peut se réaliser. Que la dimension “pouvoir/argent” est la plus primitive et que même si elle requiert notre attention, elle ne justifie pas l’obsession quasi auto-destructrice que lui portent parfois certains “conspirationnistes”.

J’expliquais en quoi les soit-disant “élites” n’étaient donc finalement rien de plus que les bouffons de l’Univers (en fait on l’est tous à différents niveaux, l’essentiel étant surtout d’en être conscient) et que le vrai “pouvoir” était vraisemblablement plus lié à cette forme de sagesse qui permet à un être et à ses proches de vivre heureux et paisible loin du chaos ambiant.

Aujourd’hui ce sont d’autres versions de ces pyramides que je vais vous présenter, sorties tout droit d’une canalisation de la fée Clochette des méandres de mon cerveau et d’ailleurs. Ces versions sont probablement beaucoup plus intéressantes, puisque la dimension sur laquelle elles sont construites est… la dualité!

Un triangle (matière/âme) dans un cercle (esprit)…

Ces pyramides (que je présenterai un peu plus bas) n’ont finalement plus grand chose à voir avec ceux qu’on appelle “Illuminati” mais plus avec ceux qu’on pourrait qualifier “d’éveillés”, paisibles mystiques cultivant leur jardin secret en regardant le monde moderne se diriger en rangs et dans la bonne humeur vers le rebord de la falaise…

Tout en gardant à l’esprit que tout cela n’est qu’une farce cosmique (même si elle peut parfois sembler de mauvais goût il faut bien l’admettre), une course évolutive dans laquelle même les mouvements les plus violents ne représentent finalement que la réalisation mystique de cette phrase de Lavoisier “rien ne se perd, rien ne se crée: tout se transforme”.

Car soyons bien conscient que dans tous les cas (quoiqu’il se passe dans les prochaines décennies au niveau économique et écologique), que l’Homo sapiens dans sa forme actuelle n’est de toute façon pas l’aboutissement de l’évolution (heureusement d’ailleurs). Et que la Terre, qui en a déjà vu beaucoup, en verra encore bien d’autres…

Mais bref… Revenons à nos moutons… Je disais donc que j’allais présenter ici une autre forme de pyramide, dont le paramètre principal serait non pas l’argent et le pouvoir (la pyramide classique), mais la dualité. Cette dualité que les grandes religions monothéistes appellent “le bien et le mal”, mais qui n’existe pas du tout dans d’autres traditions.

On pourra citer par exemple le Taoïsme (philosophie non-duelle par excellence) mais également l’Hindouisme, le Shintoïsme et de nombreuses traditions “païennes”, dont les panthéons colorés nous rappellent que la réalité est complexe, et que dans l’univers, tout a un sens, même ce qu’on définit couramment (mais subjectivement) comme “mal”.

Plutôt que de définir le bien et le mal, le Bouddhisme par exemple nous rappelle que la réalité est impermanente, et que c’est la résistance à cette impermanence qui crée de la souffrance. Le Taoïsme est d’accord sur ce point et rajoute que l’Univers est dans une dynamique de rééquilibrage permanent.

Il est possible de suivre les mouvements de l’Univers (“marcher dans le Tao”), mais essayer d’aller à contresens ou même simplement essayer de le figer expose à se faire écrabouiller d’un coup de “tapette à mouche multidimensionnelle”. C’est vrai au niveau individuel mais aussi collectif (structures sociétales et même civilisations).

Lao-Tse rajoute que “C’est quand on définit le beau qu’apparaît le laid”. Par extension, c’est quand on définit le bien qu’apparaît le mal. Par essence, leur nature est donc subjective. Et la définition de normes collectives inaccessibles à certains dans la réalité matérielle amène automatiquement une énergie inverse qui vise à maintenir l’équilibre.

Il s’agit donc en quelque sorte d’une danse étrange entre la réalité et les idéaux, dans laquelle le monde matériel et le monde spirituel cherchent à se rejoindre sur la voie du juste milieu. Une danse dans laquelle ceux qui seraient tentés de s’interposer, tout en restant les instruments du plan Divin, ne s’en retrouvent pas moins balayés sans ménagement.

Tout cela pour maintenir le subtil équilibre entre ordre et chaos. C’est pour cette raison que les grands penseurs taoïstes, qui se sont tenus éloignés des grands de leur monde, leur ont néanmoins suggéré qu’un bon roi se devait avant tout de laisser faire l’Univers. En gros d’en faire le moins possible et de ne surtout pas contraindre les populations!

Tout cela vous parait-il abstrait? Je vais vous donner quelques exemples concrets pour bien illustrer mon propos. L’occident par exemple a pendant quelques centaines d’années atteint une sorte d’idéal. Il s’est rapproché de la (ou plutôt “sa”) Lumière en quelque sorte. Pourtant, ce faisant, il a crée un écart avec la réalité matérielle d’un monde qui ne pouvait pas suivre.

Et s’est donc aussi “suicidé” en créant un monde hyper connecté (informations et transports) dans lequel les énergies peuvent à nouveau circuler librement. La mondialisation, qui représente donc un terrible coup de bambou cosmique pour beaucoup d’entre nous, relève en fait d’un processus de transfert énergétique d’ordre physique (karma collectif).

Dans le même ordre d’idée, des structures pyramidales hautement hiérarchiques ont été crées. Leur objectif est à la fois de tout contrôler et de canaliser les flux d’information et d’énergie de façon verticale (ordre)… Est alors apparu l’internet, qui vient justement contrebalancer ces structures et rétablir le transfert horizontal d’information et d’énergie (chaos)…

Soyez donc rassurés, rien n’est sous contrôle! Même les élites haïes ne contrôlent absolument rien… Les mouvements populaires auxquels on assiste en ce moment (et qui vont aller en s’amplifiant) en sont la preuve vivante. C’est l’Univers qui cherche à maintenir l’équilibre et dans ses mouvements puissants la volonté des élites ne pèse pas lourd…

Par contre, il y a des chances que la transition ne se produise pas comme la plupart des gens la conçoivent. Au niveau de la réalité 3D, de la dualité, et des structures de pouvoir classiques, il est même probable que la situation va encore devenir plus surréelle et outrageante, tout ça afin que les gens comprennent bien l’étendue de la farce et se reprennent en main.

Dans les processus à venir, ce ne sont ni les plus riches ni les plus intelligents (le règne de l’intelligence vicieuse ayant fait son temps) qui passeront au travers des mailles du filet, car ultimement le monde spirituel (chakra 7) et le monde matériel (chakra 1) cherchent leur centre (chakra 4), seule position stable. En fait, c’est d’ordre… mathématique!

Et plus les gens s’éveillent, plus la pyramide (ombre) et la fleur de vie (lumière) se reéquilibrent

L’humanité cherche son cœur! Le point d’équilibre entre nature et culture si vous préférez! C’est d’ailleurs pour cette raison, cela dit au passage, que l’œil de la providence se retrouve au centre de la jolie pyramide colorée qui sert d’image introductive à cet article, contrastant avec la représentation élitiste et conspirationniste classique, où l’œil se retrouve en haut…

Toujours pour discuter la nature du bien et du mal, je vais prendre quelques autres exemples. La société morale et bien-pensante nous raconte que la prostitution ou le trafic de drogue représentent l’incarnation même du “mal”. Mais la réalité des jobs hyper-aliénants payés un salaire de misère et des sans-domiciles mourant dans la rue est largement acceptée.

L’abus de prestations sociales est parait-il un problème. Par contre faire preuve d’une intelligence vicieuse pour s’enrichir au delà de la décence dans un cadre légal est parfaitement autorisé et même valorisé socialement. Pourtant l’existence même de ces deux catégories de population est intimement liée. Elles sont toutes deux le résultat du même processus…

La même société se plaint de l’immigration et du terrorisme, mais ne voit aucun problème à s’ingérer dans les affaires politiques des autres pays au nom d’une supposée démocratie. Ici aussi, c’est de prétendre définir le “bien” (et l’imposer à coups de bombes et de manipulations de l’opinion) qui amène automatiquement l’apparition du soit-disant “mal”!

C’est une forme d’intelligence manipulatrice et vicieuse qui permet d’accéder aux plus hautes formes de pouvoir dans le monde matériel. Et par là même de pouvoir définir légalement les notions de “bien” et de “mal”. La violence institutionnelle devient alors le “bien”. Et toute résistance, même légitime, à l’ordre établi devient alors l’incarnation du “mal”.

N’est-il pas surprenant que le monde moderne, bien que disposant d’un arsenal législatif sans précédent dans l’histoire de l’Humanité et des textes de loi à en remplir des bibliothèques entières, en soit paradoxalement arrivé à un tel niveau de décadence, d’inégalités et au bord du chaos à plusieurs niveaux?

En réalité, “Dieu” (l’Univers) se fiche bien de la loi des Hommes, de leur morale bien-pensante et de leur prétention à tout contrôler… Mieux que ça, il “se rit beaucoup de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes”. Et ces effets déplorables, ce sont tous les pseudo-problèmes auxquels le monde moderne est aujourd’hui confronté.

Ces “problèmes” résultent systématiquement de prises de pouvoir d’une “lumière” auto-proclamée sur une “ombre” supposée. D’une incapacité à comprendre que la “lumière” et le paradis des uns est toujours le cauchemar et l’enfer des autres… Et que les règles qui prévalent au “paradis” ne sauraient être valables en “enfer” (et réciproquement)…

Plus on essaye de “figer” la réalité et de s’opposer aux processus universels de création et de destruction (l’un comme l’autre amenant de la transformation), plus on “force” l’ordre (lumière), et plus le chaos (ombre) fermente en arrière-plan, se préparant à rétablir le cours naturel des choses… Il explose alors tel un ressort comprimé trop longtemps: incontrôlable.

Dans la perspective taoïste, c’est juste une histoire d’énergies Yin et Yang… On peut séparer les deux aspects et en forcer un temporairement, mais plus on les sépare, plus la force d’attraction qui tend à ramener l’équilibre est puissante. Et tous ceux qui s’opposent à la vague énergétique de retour au lieu de la surfer se retrouvent alors broyés impitoyablement.

Le “bien” et le “mal” ne sont donc pas en guerre: ils dansent ensemble depuis la nuit des temps! Et seuls les naïfs et les fanatiques croient autrement… Tout est une question d’équilibre. C’est pour cela que les gnostiques des temps anciens étaient tantôt des ascètes tantôt de grands transgresseurs de la morale de leur époque! Ils s’en savaient affranchis…

Cette vérité peut paraître choquante, il me faut l’expliquer plus en avant. A un niveau de réalité très basique, le “bien” semble effectivement en guerre contre le “mal”… C’est l’image un peu naïve de Jésus engagé dans un bras de fer avec le Diable (voir cette image). Mais on a vu que le “mal” et le “bien” étaient des notions très subjectives.

pyramide de la dualité
Cette pyramide là n’a bien sûr plus rien à voir avec l’argent et le pouvoir dans le monde matériel…

Les notions de bien et de mal varient dans le temps et l’espace. Par ailleurs, comme les taoïstes l’expliquent, le “mal” émerge souvent du “bien” (a fortiori quand il est imposé). A un autre niveau, “l’ange” et le “démon” se touchent donc du bout des doigts (voir cette image). Mieux encore, ils font l’amour passionnément, comme dans cette image.

Et au niveau du Grand Tout, ils ne font plus qu’Un. Ne reste plus alors que le Yin et le Yang, tournoyant et dansant de manière parfaitement harmonieuse en leur centre. C’est une grande liberté que d’avoir compris que la lumière Divine n’a finalement que très peu à voir avec ce qu’en disent les hommes, qu’ils soient des leaders politiques ou religieux…

La dualité bien/mal n’est finalement rien de plus qu’une machine à produire de la transformation… De l’évolution… Ainsi va l’Univers… Beaucoup de gens croient que l’évolution tend vers quelque chose de “mieux”… Vers la “Lumière”… Peut-être… Difficile de s’ériger complètement vers cette idée et de nier les progrès humains. D’autant que je dis moi-même un peu plus haut que l’humanité se dirige lentement mais sûrement vers son cœur.

Et pourtant, à titre individuel, il semble judicieux de garder en tête que l’hypothèse alternative est également vraie: l’évolution collective ne tend ni vers le mieux, ni vers le moins bien. Elle est neutre. L’évolution est. Tout simplement.

Il y a 300000 ans, la condition humaine consistait, pour les aspects matériels, à survivre, se nourrir, s’abriter et se reproduire. Et pour les aspects spirituels, à vivre heureux. Aujourd’hui encore, c’est exactement ce à quoi elle se résume! Et les clefs du bonheur (et de la libération individuelle) sont encore exactement les mêmes. Seul le décor à changé…

On dira que c’est la différence entre une évolution verticale (a priori individuelle), sur le plan de l’accès à l’esprit (pneuma), et une évolution horizontale (plutôt collective), sur les plans de la matière (hylê) et de l’âme (psyché). Vous n’y comprenez rien? Je vous rassure, moi non plus… C’est normal, ça se passe bien au delà du mental et de la rationalité…

Bienvenue dans la grande farce cosmique…


Lire aussi:
La perspective Taoïste de l’univers
Vous avez plus de pouvoir que vous ne le pensez

error: Content is protected !!