fbpx
diététique

Le jour où la Sécu remboursera vos fruits et légumes

Les médecins pourraient bientôt prescrire des cures de fruits et légumes pour réduire le risque de maladies chroniques, telles que le diabète et les troubles cardio-vasculaires. Ces prescriptions pourraient qui plus est être remboursées par l’Assurance Maladie…

Dans une nouvelle étude, des experts américains de la santé publique ont en effet montré que la prescription d’une alimentation saine aux malades serait non seulement plus efficace en termes de santé, mais pourrait également réduire réduire les coûts publics dans le long terme.

Les chercheurs ont modélisé les bénéfices médicaux ET économiques de prescriptions alimentaires qui seraient en partie couvertes par les programmes Medicare et Medicaid (l’équivalent américain de notre Sécurité Sociale). Ils ont pour ce faire utilisé des simulations mathématiques basées sur des échantillons représentatifs des populations bénéficiaires des programmes Medicaid et Medicare, des données additionnelles publiées par l’administration nationale de la santé et des méta-analyses.

Ils ont modélisé deux scénarios: un dans lequel les programmes Medicaid et Medicare couvriraient 30% des achats en fruits et légumes, et un dans lequel ils couvriraient également 30% des achats en céréales, noix et graines diverses, algues marines et huiles végétales de haute qualité (obtenues par pression à froid).

diététique

Bénéfices en termes de santé

Selon le modèle dans lequel 30% des achats en fruits et légumes seraient couverts par les programmes Medicaid et Medicare, 1.93 millions de cas de maladies cardio-vasculaires pourraient être évités parmi les bénéficiaires.

Dans le modèle où Medicare et Medicaid couvriraient également 30% des achats en céréales, noix et graines diverses, algues marines et huiles végétales, c’est 3.28 millions de cas de maladies cardio-vasculaires qui pourraient être évités.

La couverture de 30% des besoins en termes de noix et de graines diverses permettraient également d’éviter 120000 cas de diabète.

végétarisme

Bénéfices économiques

Les deux modèles réduisent significativement les coûts de l’assurance maladie. Dans le modèle qui ne couvre que 30% des achats en fruits et légumes, c’est à peu près 40 milliards de dollars qui sont épargnés. Dans le modèle qui couvre également 30% des achats en céréales, noix et graines diverses, algues marines et huiles végétales, 100 milliards de dollars!

“Il semble clair qu’encourager les gens à manger sainement aux travers de prescriptions couvertes par les programmes Medicare et Medicaid pourrait être au moins aussi efficace voire beaucoup plus efficace que les stratégies habituelles basées par exemple sur l’utilisation de traitements allopathiques contre l’hypertension et le cholestérol”, conclut Yujin Lee, le chercheur post-doctoral auteur de l’étude.

Ces résultats positifs s’ajoutent à une liste déjà longue de recherches similaires. Ils sont ici basés sur des simulations, et non sur des essais cliniques. Des recherches supplémentaires sont donc requises.

Le docteur Lee mentionne qu’une loi votée en 2018 inclue l’allocation d’une enveloppe de 25 millions de dollars pour des recherches visant à clarifier les bénéfices sanitaires et économiques de prescriptions alimentaires. L’état de Californie a également alloué 6 millions de dollars à une étude qui va fournir des prescriptions alimentaires ajustées spécifiquement au diagnostic de ses patients.

Traduit d’un article de Tech Times, basé sur une étude publiée dans PLOS Médecine le 19 mars 2019.

nutrition santé et niveau vibratoire

Mon point de vue

Cela fait maintenant un bon moment que la science académique me fait plus sourire qu’autre chose. Je ne compte plus le nombre de gens que j’ai vu dépenser des millions en fonds publics pour démontrer l’évidence même. Une preuve de plus (si cela était nécessaire) que nous vivons dans un monde d’illusions (la Maya des Bouddhistes).

Je me souviens par exemple d’un collègue qui, alors que j’étais biologiste marin au Japon, avait passé trois ans de sa vie et dépensé l’équivalent de 3 millions d’euros dans une étude destinée à montrer que le bétonnage de l’ensemble des côtes de l’archipel avait eu un impact négatif sur les écosystèmes côtiers et les ressources halieutiques (la quantité de poissons).

La science est devenue depuis longtemps une religion comme les autres, en ce sens qu’elle obéit désormais à des intérêts économiques puissants qui n’ont que fort peu à voir avec les intérêts du citoyen lambda. C’est d’autant plus délicat qu’en dehors du champ des sciences exactes, son réductionnisme permet de lui faire dire à peu près tout et son contraire.

Passé cette critique acerbe, je suis bien évidemment 100% en accord avec les résultats de l’étude ci-dessus. Et même s’il s’agit de démontrer l’évidence, on ne peut que respecter le fait que la recherche académique se penche enfin sur les alternatives naturelles. Cette étude a été menée en Californie, qui a souvent quelques longueurs d’avance sur ce qui se fait ailleurs.

Cette thérapie par l’alimentation relève d’une approche dite “hygiéniste”. Du grec Hygée, fille du dieu de la médecine Esculape et elle même déesse de la santé, de la propreté et de l’hygiène. L’autre fille d’Esculape étant Panacée, qui quant à elle guérit au travers de l’usage de remèdes (approches conventionnelles et alternatives de la médecine).

Cette approche consiste a “remonter” ce que j’appelle la “pyramide vibratoire” que vous voyez juste au dessus. A la remonter progressivement et en douceur, le corps n’aimant pas les changements brutaux. Ceci étant du à des paramètres biologiques (homéostasie et épigénétique), mais également mentaux, émotionnels, environnementaux, énergétiques et spirituels!

Si les gens exploitaient le plein potentiel des méthodes hygiénistes, la société telle qu’on la connait pourrait fermer boutique. C’est sûrement la raison pour laquelle ces approches, bien que connues depuis l’aube des temps, n’ont jamais été assimilées par le grand public jusqu’à ce que l’internet et le secteur privé ne s’en mêlent.

Les paramètres non-biologiques qui jouent un rôle dans l’approche hygiéniste de la santé font cependant qu’elle peut s’avérer plus délicate à mettre en oeuvre qu’il n’y parait. Derrière la simple question de la santé, il y a toute une problématique d’émancipation de l’humain. Si cela vous intéresse, j’en discute en long, en large et en travers dans cette vidéo:

Lire aussi:
Nutrition, santé et niveau vibratoire
Kundalini, la voie psycho-physiologique

error: Content is protected !!