Principes de base de l’hermétisme

L’hermétisme est la doctrine occulte des alchimistes. Elle remonte à l’antiquité gréco-romaine et s’est progressivement enrichie au fil des âges. Comme son nom l’indique, l’hermétisme est un ésotérisme particulièrement encrypté, qui ne dévoile pas ses secrets au premier venu. Mais les raisons de cet encryptage n’ont semble-t-il plus lieu d’être…

Le Kybalion est un petit livre qui a justement pour vocation de rendre l’hermétisme un tant soit peu intelligible au commun des mortels. D’en donner les clefs de bases. Avis aux érudits de l’hermétisme: je n’en suis pas un! Les puristes risquent donc d’être déçus. Je suis bien plus familier avec la science, les spiritualités asiatiques ou encore le chamanisme.

Mais il se trouve que j’ai personnellement trouvé dans le Kybalion une “foultitude” de choses que je connaissais déjà. Et je trouve ça formidable, car cela montre bien que la vérité ultime, même si elle reste à jamais un océan impénétrable et indicible, n’en est pas moins une et une seule. Et que finalement tous les chemins mènent à Rome…

Dans cet article je reprend les sept principes de base de l’hermétisme, en essayant autant que faire se peut la connexion avec d’autres courants spirituels et la réalité de la matière. Ma compréhension des sept principes peut sembler s’éloigner du texte original, mais il ne s’agit pour l’essentiel que d’une différence de formulation saupoudrée de quelques digressions.

Le principe de Mentalisme

“Le Tout est Esprit. L’Univers est mental.”

L’Univers est une projection du mental! Une vérité ésotérique que l’on retrouve dans le bouddhisme ou le chamanisme et qui semble trouver un sens nouveau avec la physique quantique ou la théorie des cordes (voir cet article). Attention, cela ne veut cependant pas dire que tout soit possible dans la matière! Pas dans notre coin du multivers en tout cas…

La matière (dans notre Univers donc) obéit à des lois particulières décrites par la science (physique, chimie et biologie) et c’est dans le cadre de ces lois que se manifeste la réalité. Certaines choses ne peuvent donc s’exprimer dans la matière puisque si elles vont à l’encontre des lois de la matière, elles remettraient en cause la structure même de l’Univers.

On pourrait prendre pour illustrer ce point la réalisation de certains siddhis. La lévitation par exemple remettrait en cause la loi de la gravité. Sans gravité, notre Univers est détruit. La lévitation ne peut donc s’opérer que dans un autre espace/temps (un coin du multivers où les lois physiques diffèrent). Idem pour l’énergie libre, la mémoire de l’eau, etc…

Le sorcier connaît cette vérité et cherche à diriger le monde vers un autre Univers. Le saint connait cette vérité et accepte de ne passer les portes qu’au moment de sa mort physique. Le mystique sait que les deux voies sont une impasse et choisit la voie du milieu… Les nouille-âgeux et les coaches de vie barbotent eux dans le petit bain: c’est leur loi de l’attraction.

Plus on s’éloigne de la matière pour se rapprocher de la conscience, plus les lois physiques se relâchent. Le principe de Mentalisme devient ainsi très pertinent quand on commence à discuter de la façon dont sont organisées nos sociétés et de l’impact de nos systèmes de croyances sur ce que beaucoup considèrent à tort comme le seul monde possible….

Le principe de Correspondance

“Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut.”

Le premier niveau de lecture se fait au sens ésotérique strict. Le “bas” (la matière) fonctionne comme le haut (la “conscience”). La conscience et la matière sont intimement liés, indissociables. Si vous voulez comprendre la conscience, observez la matière (voie alchimique). Çà peut vous aider entre autre à comprendre la vraie nature de la réincarnation.

Autre niveau de lecture, cette fois-ci dans la matière: ce principe correspond à l’univers fractal. L’organisation du microcosme (atomes, cellules…) est à l’image de l’organisation du macrocosme (systèmes solaire, galaxie). L’écologie en tant que science des différents niveaux d’organisation du vivant (individu, espèces, écosystèmes) est également un excellent exemple.

A l’échelle de l’Univers (“Dieu”), nous ne sommes donc rien de plus que des bactéries intestinales (on espère ne pas lui refiler une gastro qui amènerait à une expulsion prématurée)… Le biologiste ne prend pas la peine d’expliquer son existence aux bactéries qu’il cultive dans sa boîte de Petri. Pourquoi l’Univers (“Dieu”) agirait-il différemment?

Dans la société les “gens d’en haut” ne sont pas fondamentalement différents des “gens d’en bas”. On a beau se plaindre de nos élites, celles-ci et les structures de contrôle qu’elles incarnent ne sont rien de plus qu’une sécrétion de l’inconscient collectif (j’aime bien le mot sécrétion: ça colle, ça pue, et on arrive pas à s’en dépêtrer mais ça fait partie de nous).

Quand Lao-Tse dit: “Sans même quitter ma maison, je connais l’Univers entier”, c’est également ce principe hermétique de correspondance qu’il exprime. Comme quoi à partir d’un certain niveau tous les ésotérismes se rejoignent. La différence étant que la poésie taoïste (comme les koan zen) fait moins appel au mental que la science hermétique.

Le principe de Vibration

“Rien ne repose; tout remue; tout vibre.”

Avec le principe de rythme (auquel il est d’ailleurs apparenté, la vibration et le rythme incluant tous deux un aspect cyclique), c’est le principe hermétique le plus compatible avec la science matérialiste. C’est cette vérité exprimée par Tesla dans la phrase: “si vous voulez comprendre l’Univers, pensez en termes d’énergie, de fréquence et de vibrations”.

Au niveau matériel, l’aspect vibratoire de l’Univers se retrouve bien sûr dans la physique quantique qui met en évidence la nature duelle, à la fois particulaire et vibratoire, des objets physiques fondamentaux (photons, électrons, protons…). Et donc de la chaleur, du magnétisme ou des fréquences radio. Mais le son ou les ondes cérébrales sont d’autres exemples pertinents.

L’hermétisme va cependant plus loin que la science matérialiste et postule que la matière correspond en fait aux fréquences les plus basses d’un spectre bien plus large. Que d’autres fréquences sont disponibles et même accessibles individuellement au travers de voies d’ascèses physiologiques, et de purification des corps mentaux et émotionnels.

Couplé à un travail d’élargissement de la conscience aux possibilités non-manifestées, l’initié accède à plus de potentiel créateur et semble littéralement “plier” la réalité à sa convenance! En fait à ce niveau c’est surtout l’univers qui plie la réalité pour l’initié! Celui-ci peut alors “naviguer” à travers le multivers et passer au travers de portes que peu perçoivent.

L’exercice n’est pas sans danger, puisqu’en augmentant son niveau vibratoire (énergétique) à haut niveau de conscience, la réalité est manifestée de façon très rapide et très puissante. L’univers répond presque instantanément à la moindre pensée émise, même les pires, ce qui peut s’avérer particulièrement destructeur dans certains cas…

Et si cela génère trop de chaos, le retour énergétique ramène violemment le sorcier arrogant à un niveau où il ne représente plus aucun danger… Le travail de purification des corps physiques, mentaux et émotionnels (ainsi que le développement de l’équanimité) chez les yogis qui cherchent à éveiller la Kundalini vise précisément à éviter ce type de désagréments.

Le principe de Polarité

“Tout est Double; toute chose possède deux pôles; tout a deux extrêmes; semblable et dissemblable ont la même signification; les pôles opposés ont une nature identique mais des degrés différents; les extrêmes se touchent; tous les paradoxes peuvent être réconciliés.”

On retrouve ici l’essence même de la philosophie Taoïste, et je vous suggérerai donc de jeter un œil à l’article que j’y aie consacré ici. “C’est quand on définit le beau qu’apparaît le laid. A peine a-t-on définit le bien que le mal est déjà là” (Lao-Tse). Au delà des aspects philosophiques, des exemples très concrets illustrent aussi cette vérité dans le monde réel…

Il n’y a de riches que parce qu’il y a des pauvres (et réciproquement)… Des meneurs et des menés… Des policiers et des gangsters. Des malades et des médecins… Des altruistes et des narcissiques… Des empathes et des psychopathes… Etc etc… Les uns et les autres co-créent leur réalité (leur illusion) par simple principe de complémentarité.

Les uns et les autres n’ont pas d’existence dans l’absolu, seulement dans le relatif. La finalité de cette farce? Une simple histoire de transfert d’énergie… Çà ne devient drôle que lorsqu’on comprend qu’il ne s’agit que d’un jeu dans lequel la souffrance n’est nécessaire ni d’un côté ni de l’autre. A titre personnel l’idée est de transcender un maximum de ces polarités.

Toujours puisqu’on est là pour parler de l’incarnation dans la matière, on pourrait parler aussi du “jeu à trois”, avec le fameux triangle “bourreau-sauveur-victime”… Que le lecteur ne s’y trompe pas: il ne s’agit jamais que d’une dualité multiple (ou plutôt fractale). Car que ce soit à deux, à trois, à cent ou à mille il n’y a jamais rien d’autre que vous et l’Univers…

Le principe de Rythme

“Tout s’écoule, au dedans et au dehors; toute chose a sa durée; tout évolue puis dégénère; le balancement du pendule se manifeste dans tout; la mesure de son oscillation à droite est semblable à la mesure de son oscillation à gauche; le rythme est constant.”

Le rythme est partout dans l’Univers. La rotation des planètes sur elles-mêmes et autour du Soleil (lui-même en rotation), de leurs satellites… Les cycles saisonniers et lunaires qui en découlent pour la Terre… Les rythmes cycliques s’emboîtent les uns dans les autres de façon fractale et affectent l’existence des plus petites unités du monde vivant!

Je m’y connais très peu en biodynamie (cette agriculture qui prend en compte les cycles lunaires pour les semis) mais je sais pour sûr que dans le monde marin, la ponte des coraux et de nombreuses espèces de poissons suit les cycles lunaires. En Micronésie les pêcheurs se fient aussi à la Lune pour savoir quand le poisson sera le plus abondant en surface…

Toujours en biologie, on pourrait rajouter le rythme des morts et des naissances mais aussi les cycles menstruels, les cycles nocturnes de sommeil, les cycles diurnes de production d’énergie… Le fonctionnement des organismes biologiques est profondément cyclique. Il vaut mieux en tenir compte de façon à suivre ces rythmes au plus prêt!

On l’a vu avec le principe de correspondance, le microcosme est à l’image du macrocosme. C’est à dire qu’on va retrouver du rythme dans les cycles de formation et de disparition d’espèces, d’écosystèmes, d’étoiles (et leurs cycles d’éruption coronale), de systèmes solaires, de galaxies et possiblement d’univers entiers. Un truc à vous donner le tournis!

Le principe de rythme est valable même en économie (cycles croissance/récession) et en psychologie! N’avez-vous pas remarqué comme l’existence vous confronte de manière récurrente à certaines situations jusqu’à ce que vous ayez résolu les schémas de fonctionnement qui amènent les dites situations? Et ce suivant des cycles d’amplitude variée?

Le principe de Causes et d’Effets

“Toute Cause a son Effet; tout Effet a sa Cause; tout arrive conformément à la Loi; la chance n’est qu’un nom donné à la Loi méconnue; il y a de nombreux plans de causalité, mais rien n’échappe à la Loi.”

Dans la perspective hermétique, le hasard n’existe pas! Il n’est qu’un mot pour exprimer une suite d’événements dont on ne comprend pas les rapports de cause à effet. Quand vous jetez un dé, sa masse, sa position initiale dans la main, la force avec lequel il est jeté et la texture de la table sont autant de paramètres qui conditionnent le résultat…

Etre incapable de modéliser le résultat à partir des paramètres initiaux, dont on ne perçoit d’ailleurs qu’une infime partie, ne signifie pas pour autant que le résultat est le fruit du hasard. “Dieu ne joue pas au dés” comme disait Einstein. Bien sûr il ne pas parlait d’un vieux barbu assis dans les nuages, mais de “Dieu” au sens Spinozien du terme, c’est à dire de l’Univers.

Une petite parenthèse s’impose ici sur le concept de synchronicité. Inventé par Jung, ce concept décrit l’occurrence simultanée de plusieurs événements qui ne semblent pas présenter de lien de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit. Les synchronicités illustrent merveilleusement le principe de causes et d’effets!

En effet, à partir d’un certain niveau vibratoire et l’ego correctement aligné avec le Tout, on se retrouve parfois dans des situations où les événements positifs de l’existence s’enchaînent comme par miracle. C’est l’état de flow des taoïstes! Et puis parfois on “a la poisse” et on enchaîne sans comprendre une suite d’événements malheureux…

Faire l’expérience de synchronicités, c’est percevoir à quels points les causes et les effets trouvent leurs racines sur des plans de réalités supérieurs! Des plans qui échappent habituellement à l’analyse rationnelle (particulièrement quand on fonctionne à bas niveau de conscience). C’est la trame cachée de l’Univers qui se dévoile à vous!

Les sciences des systèmes complexes, comme l’écologie, montrent clairement que l’univers est une horloge d’une complexité et d’un raffinement à jamais inaccessible aux humains. Plus on avance en science, plus on comprend qu’on ne comprend rien. “Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup de science y ramène”, disait ainsi Pasteur.

On comprend aussi que plus Homo sapiens se risque à trifouiller l’horloge, plus il avance vers sa propre extinction. Ou du moins vers une petite fessée cosmique. Ahah… Rien de bien dramatique cela dit, c’est paraît-il dans le cours naturel des choses, et, en vertu du principe de rythme, une étape naturelle vers un renouveau… Vers un Homo spiritualis?

La question des causes et des effets amène naturellement à celle du déterminisme et du libre-arbitre de l’Humain. Si tout est déterminé par la Loi, où est le libre-arbitre? Le déterminisme, c’est la Loi générale des gnostiques: on est tous plus ou moins conditionnés par notre milieu d’origine, nos gènes, les règles sociétales et l’inconscient collectif local…

L’initié cherche lui à passer sous le régime de la Loi d’exception. C’est à dire à échapper à ces contraintes. Et la bonne nouvelle ici est que la Loi d’exception est accessible à chacun. Elle n’a absolument rien à voir avec votre statut social ou votre compte en banque, qui constitueraient même plutôt des entraves en fait (selon votre degré d’attachement)…

Il reste important de comprendre que même sous le régime de la Loi d’exception, l’initié n’en reste pas moins inféodé aux plans supérieurs de conscience. Il devient même leur instrument à plein temps. Mais cela est autrement plus gratifiant que d’être assujetti aux Hommes. Il se dit même que ceux-là sont autorisés à utiliser le côté obscur de la Force… Ahah! Bouh!

Le principe de Genre

“Il y a un genre en toutes choses; tout a ses Principes Masculin et Féminin; le Genre se manifeste sur tous les plans”

Ce principe est un cas particulier du principe de polarité. Dans le taoïsme, les deux principes ne sont d’ailleurs pas dissociés. L’hermétisme en fait vraisemblablement fait un principe à part entière en raison du rôle central des principes masculins et féminins dans le règne du vivant.

J’ai un peu de réserves avec cette idée que le genre se manifeste sur tous les plans. De mon point de vue, plus on monte dans les niveaux d’organisation de la conscience, plus les dualités s’effacent. La “Source” est androgyne et le genre n’apparaît que sur les plans de réalités inférieurs (les plus proches de la matière).

En même temps, à un autre niveau d’observation, il est également vrai qu’on peut considérer la conscience comme le principe mâle et la matière comme le principe femelle. Les dualités Cosmos/Gaia, Shiva/Shakti, Osiris/Isis, Divin Masculin/Divin Féminin rejoignent donc la perspective hermétique sur le genre.

Une petite parenthèse s’impose ici sur la théorie psychologique du genre. On comprend que cette théorie reflète un principe ésotérique et n’est donc pas sans valeur. Indépendamment de son sexe biologique, chaque humain porte en lui une part féminine et une part masculine. Et intégrer les deux aspects fait partie du développement spirituel normal de l’être.

Pourtant, cette théorie peut aussi amener d’étranges distorsions sociétales puisque l’ériger en vérité absolue revient à mélanger des niveaux de réalité différents. C’est à dire la réalité de l’esprit (pneuma), celle de l’âme (psyché) et celle de la matière (hylê)… C’est le problème récurrent des vérités spirituelles érigées en dogmes figés et en lois…

error: Content is protected !!