fbpx

Quelle position prendre pour méditer?

Il n’est pas nécessaire de se contorsionner dans tous les sens jusqu’à ressembler à un bretzel humain pour méditer correctement. D’une manière générale, il s’agit avant tout de trouver une position confortable qui va permettre une respiration naturelle et un minimum de tensions musculaires.

Cela dit, il existe quelques positions qui permettent d’aller beaucoup plus loin dans vos états méditatifs. Ces positions ont cette particularité de maintenir la courbure naturelle de la colonne vertébrale sans effort et d’assurer une assise stable avec plusieurs points de contact au sol.

Quand la colonne vertébrale est dans sa position naturelle, parfaitement alignée, la cage thoracique peut s’ouvrir et la respiration est plus libre, plus naturelle. Par ailleurs, cela réduit les tensions musculaires qui sont nécessaires pour maintenir le dos en place.

position de méditation correcte

Le fait d’avoir une assise en trois points, dans laquelle les deux genoux sont au sol, permet par ailleurs d’élargir l’assise et de la rendre plus stable. Il est possible de rester confortablement dans ces positions beaucoup plus longtemps.

Quand le corps est dans une telle position, la physiologie peut se ralentir et s’apaiser. Et quand le corps s’apaise, le mental s’apaise tout naturellement. La conscience peut alors s’élargir, “redescendre” du mental vers le corps et les émotions et s’ouvrir à l’unité.

Cet article est un petit récapitulatif des différentes positions que vous pouvez prendre pour méditer, de leurs avantages et de leur inconvénients. Cela dit, si vous préférez le format vidéo, ça se passe ici:

Méditer assis sur une chaise

Les chaises sont un choix évident pour les personnes qui ne peuvent pour une raison ou une autre prendre une position confortable au sol. Si vous faites ce choix, soyez sûr que vos deux pieds touchent bien le sol. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez mettre des couvertures enroulées ou des blocs sous vos pieds de manière à rectifier cela.

Vous pouvez vous asseoir sur le rebord de la chaise. C’est ce qui pour beaucoup de gens va permettre à la colonne vertébrale de retrouver sa position naturelle. Vous pouvez aussi utiliser le dossier de la chaise pour supporter votre dos. Dans les deux cas, soyez sûr que votre dos soit bien droit.

Méditer dos au mur

Vous pouvez aussi utiliser un mur ou un meuble pour aider à vous tenir droit. Vous pouvez croiser les jambes ou les étendre.

Cela peut paraître un peu “facile”, mais dans les faits, il vaut mieux méditer dans cette position (ou assis sur une chaise d’ailleurs) plutôt que dans une position en tailleur ou en demi-lotus incorrecte!

Ce qui compte le plus, je le redis, c’est une position correcte de la colonne vertébrale et l’absence de tensions musculaires…

Méditer à genoux avec un support sous le bassin

Cette position est extrêmement confortable. Spécialement si vous mettez un tapis de sol pour alléger la pression sur vos genoux et vos chevilles.

Pour la plupart des gens, il sera également important de placer un support (coussin ou couverture roulée) sous le bassin de manière à surélever le bassin.

Si vous êtes très souple, vous n’avez plus besoin de support et cette position prend alors le nom de Virasana dans le yoga.

La position “facile” en tailleur

La pose en tailleur, qui répond également au doux nom de Sukhasana chez les yogis, est sans aucun doute la plus simple à adopter.

Et pourtant je ne la recommande pas trop personnellement, car elle est instable et cela génère des tensions musculaires dans le dos.

Si vous aimez cette pose, soyez sûr au moins de surélever votre bassin, car à même le sol, cette position a également tendance à amener la colonne vertébrale à s’enrouler vers l’intérieur et donc à fermer la cage thoracique, ce qui va affecter la respiration.

La position birmane

La position birmane est une excellente position, parce que les deux genoux sont posés au sol. Ce qui va permettre une assise en trois points extrêmement stable.

Si vous prenez cette position à même le sol et que l’un de vos genoux (voire les deux) ne touchent pas le sol, alors il est préférable de légèrement surélever le bassin au moyen d’un coussin de méditation ou d’un bloc de yoga.

Le quart de lotus

Le quart de lotus est assez similaire à la position birmane. Sauf que cette fois, un pied va venir se poser sur le mollet et entrer au contact de la cuisse.

Ici aussi, les deux genoux touchent le sol. Comme pour la position birmane et les deux positions qui suivent, développer une assise stable avec trois points de contact au sol étant le principal intérêt du quart de lotus.

L’assise en quart de lotus. Pour la position des mains, se référer plutôt aux autres photos.

Le demi-lotus

Le demi-lotus (Ardha Padmasana) est similaire au quart de lotus. La seule différence est que le pied va venir se poser au dessus de la cuisse plutôt que sur le mollet.

Le lotus complet

Le lotus complet (Padmasana) est la position la plus stable et la plus symétrique. C’est aussi la plus difficile à réaliser. Dans la position du lotus, le pied gauche est posé sur la cuisse droite et le pied droit est posé sur la cuisse gauche.

Soyez sûr d’être assez souple avant de prendre cette position. Si elle est inconfortable pour vous, ne forcez surtout pas! Vous pourriez vous abîmer les articulations des genoux de manière irréversible.

Si vous êtes capable de maintenir cette position de façon confortable, souvenez vous d’alterner le croisement de vos jambes d’un jour à l’autre.

Un lotus quasi parfait… Sauf pour le genoux qui flotte et qui va amener des tensions dans le dos. D’où la nécessité de surélever le bassin.

Pour finir…

Certains professeurs de méditation vous diront que la position n’a pas d’importance. D’autres vous diront au contraire qu’elle est très importante. Les deux sont vrais… Ce n’est en fait qu’une question de perspective.

Si dans l’absolu la position n’est pas réellement importante, l’alignement de la colonne vertébrale et l’absence de tensions musculaires le sont! D’où la nécessité de trouver une position qui vous permette de régler ces deux aspects.

Très peu de gens disposent de la souplesse ou de la morphologie requise pour s’asseoir correctement à même le sol. Et donc le plus souvent, il va falloir surélever le bassin de quelques centimètres en utilisant un coussin de méditation (zafu) ou un bloc de yoga.

Personnellement je préfère de loin méditer en pleine nature, auquel cas je cherche un arbre ou un rocher qui va me permettre de m’asseoir correctement. Cela dit, quand je médite chez moi, j’utilise ce zafu ou un bloc de yoga de ce type.


Lire aussi:
Comment choisir sa technique de méditation.
Méditation: les clés d’une pratique saine et efficace.
Tonglen: méditation de la compassion.
Chöd: faire la paix avec ses démons.

error: Content is protected !!