fbpx

Se reconstruire après un épisode psychotique

J’ai déjà abordé ici et la nature spirituelle et mystique des phénomènes de décompensation psychotique… D’une certaine manière, c’est même une des thématiques centrales de ce blog. De mon point de vue, le lien est si évident que j’ai du mal à comprendre pourquoi ceux qui font profession du mal-être psychologique ou de l’éveil spirituel n’en parlent pas plus…

Ayant déjà écrit deux articles à ce sujet, je ne vais pas y revenir. Je vais donc aborder cette fois la décompension psychotique (mais aussi par extension le burn-out, les “pétages de plombs”, les phases dépressives associées, etc…) sous un angle plus psychologique… Un angle matérialiste quoi! C’est à dire la perspective moldue, pour ceux qui préfèrent l’autre approche 🙂

On pourra dire que n’étant ni psychiatre ni psychologue je n’y suis pas autorisé… Cela dit, je reste scientifique (avec un cursus plutôt extrême en termes de rationalité scientifique par rapport à celui du psy “classique”). Un scientifique hardcore avec une expérience personnelle de la psychose, ou si vous préférez, des états de conscience modifiés et du chamanisme…

En espérant que cela vous serve dans votre évolution personnelle. Que cela vous aide à dédramatiser des états de fonctionnement encore bien mal compris, car dans les faits, même si l’exclusion sociale a remplacé les bûchers, la lobotomie et autres joyeusetés, la perception du grand public de ces états n’a guère évolué depuis l’Inquisition et le Moyen-Age…

Retrouver un peu de calme et de discernement

Parler aux petits oiseaux c’est cool… Quand en plus ils vous répondent, c’est encore plus cool… Cela dit, dans votre interaction avec la gent humaine “normale”, cela peut poser un certain nombre de problèmes… De toute évidence, mieux vaut ne pas parler à n’importe qui de vos expériences. Apprendre à discerner les personnes avec qui vous pouvez le faire est un premier pas…

Il y a ceux qui n’ayant pas votre expérience vous considéreront comme un dangereux malade à soigner… Et puis il y a ceux qui ont traversé des états similaires et semblent pouvoir mieux vous comprendre. Apprenez cependant à rester prudent même avec ceux-là, parce que “raviver” la flamme mystique psychotique peut constituer un sérieux frein à votre retour à la réalité…

Aller traîner sur les sites internet parlant de spiritualité (y compris ce blog) ou des groupes Facebook peut faire partie du processus, mais ne doit pas devenir une finalité. Car je le redis: parler de trucs de “perchés” avec d’autres “perchés” peut vous entraîner dans une spirale sans fond… Alors que vous avez justement besoin du contraire: vous reconnecter à la matière!

Revenir à la réalité de la matière, c’est revenir à des considérations “normales”… La réalité de l’incarnation terrestre: assurer les besoins vitaux (manger et dormir), récupérer un logement stable, recréer du lien social, retrouver une activité, etc… Si la psychose est un dysfonctionnement des chakras du haut, alors revenir à la réalité consiste à “rebrancher” ceux du bas…

Prendre mesure de l’étendue du chantier

Se reconnecter au réel? Mais quel réel? Celui dans lequel vous étiez “avant”? Métro, boulot, dodo, crédits à la consommation, un boulot chiant à mourir dans un environnement pas cool avec des collègues eux-mêmes coincés dans ce qui vous apparaît désormais une illusion particulièrement morbide? La réalité même qui vous a amené à disjoncter?

Dans les faits un éveil spirituel une décompension psychotique doit amener des changement radicaux dans votre existence… Ces changements vont prendre du temps, beaucoup de temps… Ne vous laissez pas avoir par ceux qui vous promettent de retrouver la stabilité en quelques semaines. Vous venez de traverser un événement majeur de votre existence….

Vous avez même potentiellement vécu votre “fin du monde” personnelle… Pour ma part, j’ai “perdu” 6 mois de mon existence en arrêt de travail, 30000 euros de salaire, et ce avant de mettre brutalement un terme à une carrière que j’avais mis 12 ans à construire… A l’époque j’ai également perdu à peu près tous mes amis, mon profil social et tous les souvenirs qui allaient avec…

C’est vous dire à quel point cela peut aller loin… Je ne dis pas que c’est systématiquement le cas (et je ne vous le souhaite pas)… Cela dit, c’est un fait que l’étendue des dégâts matériels causés par votre petite envolée mystique peut parfois prendre plus de temps à reconstruire et à stabiliser que votre psyché elle-même. Surtout au vu du contexte actuel…

Instant présent

Dédramatiser la situation

Dans un monde qui se flatte des apparences, le “pétage de plombs” qui peut amener à un sérieux reset de votre existence (incluant possiblement de lourdes pertes matérielles), est nécessairement vu comme un événement négatif. “Il (elle) avait tout… Il (elle) a tout gâché… Je ne le (la) comprend plus… Faut te faire soigner mon grand (ma grande)…” sont les réactions attendues…

Le simple fait d’exprimer le souhait ou la nécessité de vivre autre chose, qui est souvent la raison profonde du “pétage de plombs”, suscite nécessairement l’incompréhension des proches, a fortiori quand leur construction de la réalité dépend de la votre. L’agressivité qui peut s’ensuivre contribuera à la dégradation de la crise car, dans les faits, eux aussi deviendront fous…

Pourtant il est évident que ces manifestations extrêmes de la psyché sont en fait des réactions on ne peut plus naturelles dans un monde qui, à bien des égards, semble lui-même marcher sur la tête… Les fous ne sont peut-être pas ceux qu’on croit, et comme le disait de toute façon Krishnamurti “Etre ajusté à une société malade n’est pas un signe de bonne santé mentale”.

Ces soubresauts de la psyché, malgré leurs conséquences potentiellement destructrices, sont donc des manifestations normales chez un individu qui pour diverses raisons se sent, souvent inconsciemment, bloqué dans son évolution personnelle. Et malgré le label “pathologique” qui leur est associé par les “experts en normalité”, leur potentiel transformateur est énorme…

Poser les briques de votre nouvelle réalité

Des envolées mystiques… Zut… Des phases de perchage, quand on en a eu une, on en a souvent d’autres… Normal, la porte de votre psyché est désormais ouverte à d’autres réalités… Vous apprendrez à les gérer avec le temps, de votre manière bien à vous, peut-être au travers d’une pratique spirituelle ou psycho-magique que je vous suggère de garder pour vous…

L’essentiel étant de “contrebalancer” ces élucubrations avec des considérations très matérielles. De poser une par une les briques de votre nouvelle réalité. En prenant le temps et en vous fixant des objectifs. En y revenant encore et encore… Si votre “décompensation” a altéré votre capacité d’action dans la matière, c’est précisément ce sur quoi il faudra vous concentrer.

Il s’agit donc de retrouver en premier lieu du “pouvoir” sur la matière. De la liberté de mouvement par exemple. Cela peut passer par les démarches administratives nécessaires pour vous sortir de l’enfer dans lequel vous êtes plongé(e), récupérer une voiture, un travail… Ou plus simplement encore de retrouver de saines “habitudes” (nature, sport, cuisine, ménage…).

L’idée générale étant vraiment de réintroduire progressivement de la structure dans votre psyché! Cela peut passer par des choses très simples. Une personne qui m’avait contacté un jour s’était acheté un bureau. J’avais trouvé cela admirable. Quoi de plus significatif en effet que la symbolique du bureau pour quelqu’un en train de remettre de l’ordre dans son existence?

Eviter le piège d’identification à l’étage du dessus…

Je vais revenir sur quelques considérations spirituelles pour conclure cet article… Un fameux proverbe Zen dit: “Jusqu’à ce que tu aies atteint l’éveil, coupe du bois pour le feu et va chercher de l’eau pour préparer le thé. Une fois que tu as atteint l’éveil, continues de couper du bois et d’aller chercher de l’eau.” Je perçois ce proverbe comme une incitation à l’humilité.

Nombreux sont ceux en effet qui, ayant vu quelques reflets de lumière dans une flaque d’eau, essayent d’en faire religion. La mégalomanie, l’identification à l’étage du dessus (le “Soi” au sens Jungien) et l’inflation de l’ego qui peuvent s’ensuivre sont typiquement associés aux événements d’expansion de conscience, que l’on considère leur nature psychotique ou non….

A l’époque des réseaux sociaux, le phénomène prend énormément d’ampleur et les potentialités en termes de prise (perte?) de pouvoir sur les (à cause des?) masses naïves sont bien réelles. Il s’agit là d’un piège bien connu des Bouddhistes, celui de la cristallisation d’un état transitoire comme un aboutissement. Proclamer “Je suis éveillé” sur l’internet est en soi un contresens…

Plutôt que de succomber à la tentation du “cybergourou”, mieux vaut se concentrer sur sa propre existence, la modestie de celle-ci étant paradoxalement synonyme de grandeur dans les mondes subtils… La “libération” est en effet incompatible avec le fait de devoir répondre aux attentes de milliers de followers qui attendent de vous que vous leur révéliez “la vérité”.


Lire aussi:
Eveil spirituel et psychose.
Transe chamanique, neurosciences et psychiatrie.

error: Content is protected !!